Année après année, c'est toujours le même sentiment d'insatisfaction qui s'impose : non, mon activité professionnelle ne m'épanouit pas, je me lève tous les matins en me demandant quand est-ce que cela changera, je vois passer les jours et je sens l'étau qui se resserre autour de moi.

Plus les années passent et moins le compromis est possible : ce qui est sûr c'est que je ne souhaite plus remettre à demain ce dont j'ai envie aujourd'hui, je ne souhaite pas m'enfermer dans une entreprise qui me contraint, je souhaite être libre des missions et buts que je me fixe.

Bref, il faut que cela change, il n'y a qu'une vie !

Une chose est déjà certaine c'est que je suis le seul qui puisse décider de la prochaine étape, j'ai dans les mains tous les moyens pour que ça change ! DONC A MOI DE JOUER.

La première étape est de retrouver une trajectoire professionnelle qui me convienne : alors je suis parti pour quitter mon entreprise pour prendre le temps de redéfinir un projet. Mais quelle option choisir : quitter de façon temporaire ou bien définitive ?

La première piste pourrait être un congé sabbatique : 11 mois maximum d'introspection et de repos. L'entreprise ne peut pas le refuser, seulement le décaler dans le temps, à moins que le nombre d'employé en congé sabbatique ne soit trop élevé. Solution intéressante, rassurante car il y a un début et une fin mais solution qui finalement ne me convient pas : aucun revenu pendant 11 mois et sans doute la peur de perdre de l'argent, et surtout, la quasi-certitude que je ne reviendrai jamais dans mon ancien emploi et donc que je reporte à demain ce que je peux faire aujourd'hui.

Alors cela se dessine, j'envisage un départ définitif de mon emploi. Mais pas une démission car cela serait clairement la solution du pire qui ne me laisserait aucune marge financière. Non il faut que je négocie, que j'entame une discussion de rupture conventionnelle.